Skip to content Skip to left sidebar Skip to right sidebar Skip to footer

Le Code de l’information adopté à l’unanimité

Le ministre de l’Information, Ahmed Ben Saïd Jaffar, a souligné l’importance du nouveau Code de l’information, estimant que le texte renforce la discipline dans le monde des medias. A l’entendre, le Code adopté garantit, le principe cardinal «d’une presse libre et responsable». Composé de 179 articles, le nouveau Code de l’Information et de la Communication, aux yeux des professionnels de la presse, répond aujourd’hui aux besoins de régulation du quatrième pouvoir.

Les députés ont adopté hier, mardi 8 juin, à l’unanimité le projet de loi portant «Code de l’information et de la communication». Dans la matinée, à l’hémicycle, les élus de la Nation étaient réunis en séance plénière sous la présidence de Moustadroine Abdou.Dans son exposé de motif, le ministre de l’Information, Ahmed Ben Saïd Jaffar, a souligné l’importance du nouveau Code de l’information, estimant que le texte renforce la discipline dans le monde des medias et garantit le principe cardinal «d’une presse libre et responsable».

L’aide de l’Etat à la presse

De son côté, le rapporteur de «la commission de la production», Hassani Mohamed a indiqué que «le présent projet de loi vise à définir les règles qui régissent la liberté d’expression dans le cadre des activités du journalisme en Union des Comores. Il vise à organiser les droits et limites de la profession de journaliste, telle que garantie par la constitution de l’Union des Comores, la charte africaine des droits de l’Homme et des peuples et la charte de déontologie de Hamramba».

Et de poursuivre que le nouveau code «fixe scrupuleusement et de manière explicite, les règles régissant les conditions d’établissement des organes de presse et de Communication. Il contribue également à renforcer dans notre pays, la protection des droits des utilisateurs des services de communication, le pluralisme et la diversité de l’information.» Le député Hassani Mohamed a convié ses collègues a voté le nouveau Code pour permettre aux professionnels de la presse d’exercer leur métier dans la responsabilité.


Après plus de deux heures de débat, les élus présents (21 sur 24) ont adopté à l’unanimité le texte. Peu après son adoption, le conseiller du Conseil national de la presse et de l’audiovisuel (Cnpa), Ali Moindjie a évoqué les nouveaux points du code de l’information.Il a parlé notamment de «l’aide de l’Etat à la presse privée, des medias en ligne, de la création d’une société commune aux entreprises publiques audiovisuelles comoriennes (Scepac), du statut et des missions du Conseil national de la presse et de l’audiovisuel et de la carte national des journalistes…».Le Syndicat national des journalistes (Snjc), qui était invité aux séances préliminaires d’examen du texte, s’est réjoui de son adoption.

Chamsoudine Saïd Mhadji, Alwatwan